Quelle est mon approche phénoménologique-existentielle de l’être ?

Traumatismedouleurs chroniques, troubles psychiques et physiques.

L’ approche phénoménologique-existentielle de l’être vise à explorer et comprendre la signification de l’expérience subjective que chaque individu vit avec lui-même, les autres et la vie. 

Au coeur de mon approche il y a l’individu observé en tant que être multidimensionnel dans sa subjectivité, son unicité et sa globalité. L’A.P.E.E. a pour but d’observer et de comprendre le sens que la personne accorde  à l’expérience qu’elle vit avec elle-même,son corps, les autres et son environnement.

Cependant, chaque dysfonctionnement physique ou psychique devrait être analysé et compris par rapport à l’histoire globale de la personne car chaque partie de son être garde des mémoires de son histoire. 

Ma position envers l’accompagné exclut le jugement, les préjugées et toute prise de position au sujet de ce qui est vrai ou faux. Néanmoins,je ne donne aucune interprétation en m’appuyant sur ma vision des choses mais je reste dans l’écoute de l’histoire de l’être et je laisse le phénomène se dévoiler tout seul. Je ne suis pas dans l’aide de la personne mais dans l’accompagnement à la compréhension de ce qu’elle vit.

Ma méthode ne remplace d’aucune manière les méthodes scientifiques de la médecine conventionnelle mais elle est une approche complémentaire qui vise à comprendre le mal être de la personne et à en définir les origines pour ensuite passer par un chemin de résilience. 

 

Contrairement à la méthode scientifique traditionnelle, l’approche A.P.E.E. projette tout son attention sur la réalité subjective de chacun. C’est à dire qu’un docteur par exemple, qui est un scientifique, a appris à être objectif devant les phénomènes humains. Il n’y a pas de considération de l’interprétation que le patient peut avoir de la vie, de sa maladie ou encore des autres. Tout ce qu’il tient en considération c’est la personne en terme d’organisme biologique. 

Mon approche consiste à prendre en compte tous les niveaux qui composent l’être de la personne plutôt que de la considérer de manière morcelée dans une approche centrée sur un organe ou sur les symptômes d’une maladie.

La maladie devient donc pour la science, un dysfonctionnement lié à l’organisme et l’homme devient donc un objet à observer. Néanmoins, objectiver une personne veut dire la dépersonnaliser afin de la rendre un objet d’étude. 

Est ce que selon vous, celui-ci ne serait pas un paradoxe ?

En divisant le corps et l’esprit, la science provoque une scission de l’être en deux parties , c’est à dire qu’elle réalise une unité. Et peut-il y avoir une guérison physique ou psychique qu’elle soit , si la personne est séparée en deux entité différente ? 

La dépersonnalisation ne serait-elle pas en soi, déjà un symptôme psychique qu’on essaye de guérir ?

Donc, la médecine tenterait elle de soigner la maladie physique et psychique en divisent l’être et en dépersonnalisant la personne ? 

Aujourd’hui nous vivons dans un contexte socioculturel qui plonge l’individu dans un océan de souffrance et de détresse. 

Le phénomène de comparaison, la négligence envers le monde invisible des émotions  de chacun ainsi que l’objectivation de l’être humain ont créé une société où la schizophrénie et la névrose ne sont rien d’autre que la manifestation des conflits vécus par l’homme moderne. 

 

Nous habitons un monde dissocié et nous vivons à chaque jour une réalité illusoire. 

La maladie, l’angoisse, l’anxiété, le burn-out, la dépression (…) en sont juste une conséquence. 

Si vous réfléchissez, dissocier une personne veut dire la séparer en deux entités et puisqu’il y a une scission, il y a d’émerger de deux parties en conflits entre elles. 

Qui parmis nous n’a jamais ressentie un conflit en lui-même? Combien de fois, lors d’un choix, ressentez vous la présence en vous de deux parties dont l’une vous pousse à le faire et l’autre à renoncer ?

 

Et si vous pensez que cela soit normal parce que “tout le monde vit le même phénomène” je suis désolée de vous décevoir mais ce n’est pas du tout le cas.

 

Le conflit que vous ressentez en vous provient de cette scission. 

La plupart de la population vit en étant dissociée en plusieurs parties : d’un côté nous  avons l’expression silencieuse de l’individualité et de l’autre l’expression de la personnalité (du latin persona = masque) que nous avons forgée pour satisfaire nos besoins d’acceptation , d’appartenance à un groupe et pour satisfaire plein d’autres nécessités de l’Ego… 

 

Malheureusement, tant que cette vision morcelée de l’homme sera présente, il ne pourra pas y avoir une véritable guérison de l’être. La séparation des différentes niveaux qui nous composent ne peut que guère aggraver les choses. 

Les différentes niveaux de l’Être 

 

Chaque individu est constitué de plusieurs niveaux qui sont interreliés et interconnecté entre eux. C’est à dire que si une de ces parties subies un dysfonctionnement, ce dernier se déclenche aussi dans les autres parties en provoquent une dysharmonie dans tous les niveaux de l’être . 

 

Cependant, c’est seulement lorsqu’on atteint l’Unité qu’il à la véritable guérison et pour vivre cela, je considère indispensable de relier entre eux les différentes niveaux qui composent notre être , soit : 

 

  • Le corps 
  • L’âme
  • Le conscient 
  • L’inconscient 
  • La Conscience 

On peut voir ces cinq niveaux de l’Être comme un ensemble holistique intégré et interconnecté . 

Pour mieux vous aider à comprendre ce système globale, imaginez ces 5 niveaux comme étant 5 partie d’un puzzle.

La partie au milieu, celle qui tient toutes les autres parties  interreliées entre elles est la Conscience tandis que les autres parties qui l’entourent sont le corps, l’âme, le conscient et l’inconscient .

 

Néanmoins, si une des parties qui entourent la Conscience subie un problème, on peut le réparer sans que le puzzle subisse des grosses conséquences . Mais si c’est la Conscience qui vient à manquer , le puzzle tout entier se casse puisqu’il n’y a plus rien qui  tient les parties liées entre elles.  

Au cours de ces dernières années, plusieurs expériences scientifiques ont réussi à prouver l’impact que les traumatismes émotionnels ont sur notre cerveau. Néanmoins, grâce à nombreuses expériences, nous savons que les mémoires traumatiques modifient complètement  notre neurobiologie et elles arrivent jusqu’à eteindre les zones cérébrales qui s’occupent de l’emplacement de la conscience de nous même. Nous parlerons de cela le temps venu.

 

Toutefois, je vous ai introduit ce concept car mon approche se base sur le principe que les mémoires traumatiques sont à l’origine de la perte de la conscience de nous mêmes . Et par conséquence, les traumatismes émotionnels non traités sont ainsi à l’origine de la maladie psychique et physique. 

Mais soyez tranquilles, nous allons bientôt voir dans les détails comment cela est possible . 

La santé dérive de l’équilibre entre le corps, l’âme, le conscient , l’inconscient et la Conscience et par conséquent, ces techniques visent à la libération des blocages qui empêchent les harmonisations de ces parties.  L’A.P.E.E. est une approche  qui tient en compte des 5 niveaux de l’Être, c’est à dire que lors de mes accompagnement, j’utilisent des techniques qui  englobent l’être et qui visent à libérer les différentes niveaux de toutes les mémoires qui empêchent la guérison et l’épanouissement . 

Qu’est que j’entends par la ? 

Savez vous que chaque être humain est doué de plusieurs mémoires ? 

Ces mémoires agissent au niveau inconscient et la plupart du temps déclenchent des automatismes qui vivant notre vie à notre place . 

Négliger ces mémoires c’est négliger l’histoire de chacun tandis que les reconnaître permet de s’ouvrir au chemin de la guérison . 

L’anamnèse : un climat de confiance et de sécurité

L’anamnèse correspond à notre première recontre et en terme que telle c’est un moment clé de l’accompagnament. Lors de ces moments je définit des points essentiels pour rentrer dans la réalité subjective de la personne afin de découvrir les phénoménes qu’elle vit.

Pour cela , je pose des questions concernants :

 

  • L’histoire personnelle
  • L’histoire de son corps 
  • Le contexte socio-culturelle de développement 
  • Le type d’éducation reçue 
  • La religion imposée par les parants 
  • Les chocs émotionnels dont il a conscience 
  • Les traumatismes émotionnels vécues par la famille 
  • Sa perception de la réalité 

 

Cette première rencontre nous servent à définir les origines du malêtre que la personne ressent. Ainsi, lors de cette séance, par les biais de la compréhension de phénoménes vécues, la personne subie la plupart du temps une forme de libération qui peut être lié à la culpabilité, à la haine envers soi ou à tout autre émotion lié à la non-compréhension de la réalité veçue. 

Assez souvent j’entend dire “ Le fait d’avoir pu comprendre et mettre des maux sur mes angoisses m’a déjà permis de m’en libérer en partie”. 

L’objectif de l’accompagnement : vous conduire dans un voyage au plus profond de votre être afin de vous libérer des couches de vos illusions, de vous reconnecter avec toutes les parties de votre être.

Le corps

Qu’est que le corps ? 

Cette simple question pourrait devenir l’objet de nombreux debat puisque pour chaque discipline il a une signification. 

Après avoir observer et étudier longuement le Corps en terme de réalité je me suis rendue compte que le corps est une éntité tout à fait vivante, avec ses peurs et ses souvenirs . 

 

Donc… par ou commencer..

Pour un sujet traumatisé, la maîtrise de la vie et l’autonomie commencent par l’interception, c’est-à-dire avec la conscience subtile des états intra-corporels.

Malheureusement, les sujets traumatisés ne peuvent pas accéder à cette conscience, puisqu’elle nécessite un bon fonctionnement du cortex préfrontal médian et ce n’est pas le cas en présence d’un traumatisme. Ainsi, le choc émotionnel bloque l’imagination et empêche à l’individu de trouver les solutions, même les plus simples.

Le dysfonctionnement au cortex préfrontal généré par le traumatisme empêche à la personne de savoir ce qu’elle ressent. Par conséquent, elle n’est pas consciente des changements constants qui ont lieu en elle et en dehors d’elle.  Le sujet traumatisé perçoit  son corps comme une menace puisque ce dernier lui envoie sans cesse des signaux d’alerte intérieurs.  A force de vouloir ignorer ces signaux, la personne endort la conscience de ce qu’il se passe en elle. Et plus la personne refoule sa souffrance, plus celle-ci est obligée de l’envahir avec toute sa puissance.

Se reconnecter à son corps

C’est pour cela qu’avant de procéder aux soins corporels et/ou énergétiques, je procède à une re-connexion du sujet avec son corps par le biais de ses perceptions sensorielles.

  • Identifier les sensations qu’il ressent par rapport au plaisir et à la détente,
  • Prendre conscience de sa respiration et ses gestes,
  • Observer ses perceptions corporelles.

Libérer les mémoires cellulaires et les blocages énergétiques

Cette étape évoque des reviviscences chez le sujet traumatisé avec un important impact psycho-émotionnel et physique. Le déclenchement du stress lié au mémoires traumatiques, me permet, à travers le soin corporel et énergétique, de libérer les mémoires cellulaires et les blocages énergétiques qui lui sont associée.

Chaque choc émotionnel  que la personne subit dans sa vie, s’inscrit dans son cerveau sous forme de mémoire traumatique, dans ses cellules comme mémoire cellulaire, dans ses organes comme émotion refoulée et dans ses corps subtils sous forme de blocage énergétique.

La présence de ces informations altère la connexion de l’être avec l’univers et la maladie arrive comme un écartement de la norme.

Mes soins corporels et énergétiques se concentrent sur les mémoires et les blocages énergétiques qui empêchent à l’essence de circuler dans l’organisme en l’harmonisant et en le connectant à l’univers. J’utilise des techniques telles que la moxibustion, le magnétisme, les soins énergétiques pour le corps, les corps subtiles et les chakras, la réflexologie, etc.

La deuxième étape – La psyché

Créer un état d’empathie : vers une prise de conscience.

Pour que cette phase donne tous ses fruits, il est indispensable pour moi, d’établir une synchronisation avec la personne. 
En physique on parle de “l’effet d’entraînement” pour décrire l’effet que la vibration la plus haute entraîne sur la vibration la plus basse. C’est comme lorsqu’on joue une guitare et la vibration d’une corde entraîne celle qui est à côté qui se met aussi à vibrer.

De la même manière, je m’entraîne à la vibration de l’autre personne afin de rentrer dans un état d’empathie avec elle. L’empathie suppose la compréhension de la souffrance du sujet qui est en face.
L’empathie permet de comprendre ce que l’individu traverse dans sa vie. Et si il y a une force qui doit entraîner l’autre, je préfère que la vibration que j’émet provienne d’une connexion à la Conscience. De telle manière, je peux laisser mon intuition m’accompagner dans la découverte holistique de l’individu.

Lors de cette phase, je vais au delà de l’esprit conscient pour comprendre les mécanismes inconscients qui ont déterminés l’état de souffrance du sujet.

Mon rôle est d’éveiller l’esprit conscient endormi pour l’accompagner à la prise de conscience des conditionnements qui l’ont rendu esclave afin de s’en libérer et évoluer.

Lors de cette phase, l’introspection et la parole sont très importantes. La parole a un pouvoir créateur, elle donne forme à la réalité. Grâce à l’utilisation de la parole, le sujet traumatisé peut se reconnecter à soi et exprimer ses émotions gelées. Or, ces émotions inexprimées sont restées tout ce temps bloquées sous forme de potentiel et tant qu’elles ne sont pas exprimées, elles ne peuvent pas se matérialiser et libérer le corps. Par conséquent, verbaliser son vécu, permet au sujet de donner une forme réelle à son expérience et à se reconnecter à elle. C’est seulement quand l’expérience se matérialise, qu’on peut la transformer. Plus la personne parle de son vécu, plus elle s’associe avec les parties d’elle-même qui ont subies l’expérience traumatique.

Le déclenchement d’un mouvement dans le cerveau, permet ensuite de libérer ses mémoires gelées puis réactiver les zone cérébrales de l’emplacement de la conscience de soi.

Les états modifiés de conscience sont une clé essentielle pour dénouer les blocages psycho-émotionnels et pour introduire dans le cerveau l’information nécessaire à la re-programmation.

La troisième étape – La strate intellectuelle

De la prise de conscience à la guérison spirituelle.

Cette dernière phase, la plus émouvante, consiste à faire prendre conscience à l’individu qu’il porte en lui une étincelle de l’univers qui l’englobe et que sa vie est essentielle à l’équilibre du tout.
 Je me considère un peu comme une alchimiste puisque, lors de ces moments, je transmute le coeur de l’homme comme l’on transmute le plomb en or.
 Mes soins deviennent donc des apprentissages pour l’évolution de la personne et donc pour sa guérison spirituelle.

Contact

Parlons-en ensemble